Photo auteur romanPar quel chemin suis-je venu à votre rencontre ?

 

En 1938, le   secrétaire de mairie d’ une petite commune   rurale   du  Lot-et-Garonne   de   300 habitants note dans le registre d’état civil que le 14 mai, à 11h30, Roger Georges CAVALIÉ est

venu majorer d’une unité la population française

du moment, estimée à environ 41 500 000 âmes.

Je faisais désormais partie de ce monde.

 

Dès mes 4 ans, je n’échappe pas aux contraintes de l’époque : chaque jour de classe, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il gèle, je chausse mes galoches et me rends à pied à l’école communale   distante de deux kilomètres de la ferme de mes parents.

 

 

À 12 ans, je suis admis au concours d’entrée au cours complémentaire de garçons du chef lieu du département. L’entrée en 6ème se faisait alors sur concours.

 

À 17 ans, toujours sur concours, j’intègre l’école normale d’instituteurs du Lot-et-Garonne puis, après mon mariage et le service militaire, j’occupe un poste dans une classe unique en France métropolitaine. Ensuite, j’exerce durant 8 ans en coopération en Algérie où naissent, en 1967, mes filles jumelles, puis 3 ans en détachement aux îles

 

Loyauté (Nouvelle-Calédonie), un an à Tadjourah ( en Territoire Français des Afars et des Issas), et deux ans à Djibouti.  

 

En 1978, encore sur concours, j’intègre le corps des inspecteurs départementaux de l’éducation nationale et je suis affecté pendant 3 ans en Métropole avant d’aller goûter   à la douceur des alizés des Iles-Sous-Le-Vent (Polynésie française).

 

Enfin, « heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage….et- puis est retourné, plein d’usage et raison Vivre entre ses parents le reste de son âge !», j’ai rejoint le Tarn-et-Garonne où j’ai terminé ma carrière et pris une retraite que j’estimais bien méritée après avoir rédigé des milliers de rapports d’inspection.

C’était sans compter avec mon environnement familial et mes amis !

« Tu devrais maintenant écrire pour le plaisir ! Écris donc un livre ! » me répétaient-ils.

J’ai cru bon de les écouter et j’ai écrit « Le Vieux Cartable » puis « Julien l’insoumis »que les Éditions De Borée m’ont fait l’honneur de publier.  

 

 

À vous de juger si j’ai bien fait de les écouter

Et si l’éditeur a eu raison de m’accorder sa confiance

DERNIÈRE MINUTE

Le Vieux Cartable a obtenu le prix du roman au Salon du Livre de Mazamet et

le 1er prix du roman au Salon du Livre de Figeac.

 

 

 

Née à Toulouse, Hélène Marche a toujours été passionnée par les livres. Dès son jeune âge, elle griffonne, invente des personnages de tout ordre… A l’âge de18 ans, elle part à Londres, jeune fille au pair. Dès son retour, elle commence à écrire ses aventures anglaises tout en continuant ses études. Puis, elle se marie et met sa passion d’écriture de côté pour se consacrer à sa famille et à différentes activités : peinture sur bois, tricotage, jardinage... La cinquantaine atteinte, la plume la taraude et elle s’installe devant son clavier. Elle reprend son « Journal d’une jeune fille au pair » puis le pose de nouveau pour écrire une nouvelle en hommage à sa cousine décédée tragiquement, relatant ainsi leur adolescence commune ("Petites Feuilles de la Vie" recueil de sept nouvelles publié par une association Les Auteurs d'Occitanie).

helenemarcheObservatrice et proche de la nature, Hélène a toujours été entourée d’animaux domestiques qui lui ont inspiré la Collection des Quatre Pattes, récits animaliers accompagnés de petites leçons de vie. Ces cinq ouvrages ont la spécificité d'être bilingue. Les quatre premiers en anglais-français et le cinquième en espagnol-français. (paru aux Éditions Hors Limite). Hélène aime s’évader, invente des personnages irréels, plonge avec délice dans les méandres de l’au-delà, d’une vie antérieure…. Elle écrit un roman fantastique destiné au adolescents "Mystérieuse Rencontre" publié par les Éditions Lune-Écarlate et diffusé par Hachette). Une suite est prévue et en cours...

Inspirée par certains thèmes de concours, Hélène écrit des nouvelles :

- Lola, la petite fille aux boucles d’or dont la scène se déroule dans les Landes à Hossegor. Ce conte a été publié par la revue Liber Mirabilis en janvier 2010.

- Dans la même période, elle rédige aussi des chroniques pour le "Journal Toulousain". Toutes les semaines, paraît une nouvelle histoire, en rapport avec l'actualité. Cela a permis à Hélène de faire découvrir aux lecteurs son talent d'humaniste.

Hélène Marche a trouvé dans l’écriture l’occasion de sublimer les épreuves de la vie. Foudre sur mon Cœur en est le témoignage : roman sentimental et sensuel dans lequel elle relate les mésaventures de la vie de couple... Sélectionné par les Éditions Les Nouveaux Auteurs lors du concours du roman de l'été 2010 de Femme Actuelle, il est publié par les Éditions Amorosa. L'année suivante, elle écrit son deuxième roman sentimental : Envoûtante Afrique. Le lecteur y découvre un pays fascinant : le Gabon.

            De 2013 à 2015, Hélène s'est consacrée à l'écriture d'un roman biographique. L'histoire d'une petite fille juive née en Algérie, qui a vécu les évènements dramatiques des "pieds-noirs"... (En attente d'éditeur)

            Hélène Marche aime également conter et lire des extraits de ses récits animaliers aux enfants. Sa plus grande récompense : le regard émerveillé... des petites étoiles magiques qui illuminent les yeux des petits et des grands à l'écoute de ses contes... Juste un peu de bonheur et des instants de convivialité... Voilà ce qu'aime apporter Hélène Marche à ses lecteurs, à ses amis...

 

 

JBPhoenixNé le 19 décembre 1986 à Castres (Tarn), J.B. Phoenix s'intéresse tout jeune à la lecture et surtout à l'écriture. Durant sa scolarité lycéenne, il s'oriente naturellement vers la série Littéraire pendant lequel il rédige ses premières nouvelles de fiction. Après l'obtention de son Baccalauréat, il poursuit ses études dans le domaine du commerce, et décroche un BTS Négociation & Relations Clients.

C'est en 2006 qu'il établit les bases de son univers fictif, à la croisée des X-Men et de Blade Runner. Fortement marqué par le monde des Comics américains et des Mangas, J.B. Phoenix développe ses propres personnages dotés de super-pouvoirs mais bourrés de faiblesses, cassant ainsi l'image du super-héros indestructible pour lui donner un visage plus humain que jamais. De cet univers naît finalement le premier tome de "La Haine", paru en janvier 2016 aux éditions Stellamaris.

Parmi ses sources d'influences, J.B. Phoenix cite aussi bien des réalisateurs (Ridley Scott, Guy Ritchie ou Gareth Evans) que des auteurs (Isaac Asimov, David Gunn…), aux côtés d'œuvres issues de la culture manga (Ghost in the shell, Tenjo Tenge, Gurizaia No Kajitsu…) et du jeu vidéo (Mortal Kombat, Metal Gear Solid…), dont il défend au quotidien les valeurs culturelles.

Musicien à ses heures perdues, il occupe son temps libre avec une guitare et des riffs de rock-garage, entre deux parties de jeux vidéos.

 

Martine Perez Platarets, née en 1958, vit dans le Vaucluse. Après avoir écrit de nombreuses nouvelles mises de côtés et quelques poésies, il y a trois ans, l’envie de tout mettre sur papier et l’écriture l’a emmenée vers une autobiographie avec un premier ouvrage « souviens-moi » suivi d’un livre de poésies « vivre et aimer » illustré par un jeune photographe. Ces deux premiers livres marquent un tournant dans le style et le format des productions. « La quête de Jade » et « Lou » sont le fruit d’une nouvelle inspiration de romans écrits avec cœur et imagination, tout en étant fortement documentés et imprégnés d’histoire sur Avignon, l’Italie, Paris, en passant par l’Angleterre. Un livre pour enfants « Le rêve de Théo » est né entre les deux romans, une histoire qui aujourd’hui, commence à faire le tour des écoles primaires. Ce même livre vient d’être retranscrit en braille pour les enfants malvoyants, une demande importante pour ces enfants. Puis un nouveau livre, « L’ours de Coline » un livre écriture dyslexique pour les 6/8 ans avec des illustrations à colorier. Et pour finir l’année 2015, dans quelques semaines sortira un livre pour adolescents : « Le chevalier », un petit roman imaginaire dont la couverture a été offerte pour un artiste peintre.

JEAN CHRISTOPHE CASTAINGJean-Christophe Castaing s’intéresse particulièrement aux richesses naturelles et culturelles du sud-ouest, dont il est natif. Par goût pour la compréhension des technologies qui l’entourent, il a suivi des études scientifiques et les a appliquées au fil de ses expériences variées. Puis il a élargi son champ de connaissances en management pour mieux mettre en valeur les humains et davantage en apprécier les qualités.

Son esprit est naturellement attiré par les innovations, les actions altruistes ou associatives et les milieux sportifs. En une quinzaine d'années, il a participé à plus de 200 courses emblématiques, marathons, trails longs et surtout, 130 triathlons sur près de 50 sites différents et de tous les formats, du S au XXL.

Ses trois romans, L’Année du Triangle, La Saison des Confusions et Le Retour des Cathares sont basés sur des intrigues imaginaires et réalistes venant pimenter la vie déjà bien remplie d’amis triathlètes. Rapidement, les lecteurs, sportifs ou pas, aiment retrouver les personnages et le style propre à ce scientifique adepte de littérature.

http://www.sudarenes.com/ecrivain_48.htm